Étiquette : Montoir-de-Bretagne

Cancer du Foie – Montoir de Bretagne & Trignac

Le rapport 2023 du registre des cancers montre une sur-incidence du cancer du foie dans les 2 communes de Montoir de Bretagne et de Trignac mais pas sur Saint-Nazaire.

Aucune étude n’existe pour autoriser quiconque à affirmer qu’il y a plus de consommation d’alcool dans l’agglo de Saintt-Nazaire que dans les autres agglos du département. De même aucune distinction entre les communes.

Le problème est donc posé:  qu’est ce qui a pu causer ces cancers du foie dans ces 2 communes ?

Selon https://www.cancer-environnement.fr/fiches/cancers/cancer-du-foie/

Les facteurs de risque de ce cancer de mauvais pronostic sont variés. Ils tiennent à des expositions environnementales et professionnelles (arsenic, chlorure de vinyle…), aux hépatites virales, à des champignons, ainsi qu’à des comportements individuels (consommation excessive d’alcool…)…
En dehors de la cirrhose, ce cancer a pour principaux facteurs le chlorure de vinyle monomère et les virus des hépatites B (VHB) et hépatites C (VHC). Les aflatoxines, contraceptifs oraux, radiations ionisantes, tabagisme et arsenic sont également les autres facteurs de risque de l’hépatocarcinome.

De l’arsenic a été trouvé  dans des forages de Montoir de Bretagne. Anciennement les activités de la Grande Paroisse utilisaient très probablement des produits contenant de l’Arsenic.

Y a t il des entreprises qui émettent du Chlorure de Vinyle ?   à creuser
Géorisques nous apprend que FAMAT a causé une pollution des sols/eaux avec des COV et du Chlorure de Vinyle. FAMAT est dans la zone de Brais. On peut  donc penser que des entreprises de Montoir-de-Bretagne l’émettent.
Au 73 ave Henri GAUTIER, PROMENS , plasturgiste , rotomoulage => émissions spécifiques qui n’ont pas été détaillées dans l ‘étude de zone et qui pourraient contenir du CdV ?
Anciennement CHANTAL SONABAT  fabrication de matières plastiques de base (PVC, polystyrène ) . Stock de polyuréthane en 2017 , cf BASIAS PAL44031133 et étude Providence

Sont-ce des tuyaux du réseau potable en Chlorure de vinyle Monomère ?

Que sont les aflatoxines  ?

Toxines génotoxiques et cancérogènes produites le champignon Aspergillus (cf ANSES ).
Elles peuvent être présentes dans les aliments tels que les noix, les arachides, le maïs, le riz, les figues et autres aliments secs, les épices, les huiles végétales brutes et les fèves de cacao, suite à une contamination par le champignon, avant et après la récolte.

Le document belge Aflatoxines_Avis01-2022_DossierSciCom2016-13A
nous apprend que l’on trouve des aflatoxines dans les graines oléagineuses  et les produits pour animaux (tourteaux)  à base de colza, soja et tournesol.

Le document  Les enseignements de 7 années du plan de surveillance des oléagineux    nous apprend en 2012 que la filière avait mis en place des actions pour contrôler la qualité des
produits (graines, tourteaux et huiles). Sont recherchés les résidus de produits phytopharmaceutiques, éléments traces métalliques (cadmium, plomb, arsenic, mercure, fluo), mycotoxines (aflatoxine B1 et aflatoxines totales essentiellement) , toxiques organiques, salmonelles, impuretés botaniques, etc. 

Sea Invest  reçoit du Soja . Cargill reçoit et traite Colza et Tournesol.
Y aurait-il eu des stockages produits de base ou transformés qui contiendraient des moisissures avec des aflatoxines ?
Pourrait-il y avoir eu exposition humaine sur les communes de Montoir et de Trignac et moins sur Saint-Nazaire ?

On peut le penser à la lecture d’un document de 2009 vantant un produit “softacid p2f”
permettant d’éviter l’apparition de mycotoxines.

L’ANSES indique que l’inhalation est une voie de transmission :

Les opérations de déchargements, de stockage et d’expédition de céréales, tourteaux, autres produits comportant ces toxines cancérigènes sont donc susceptibles d’être une cause d’infection pulmonaire et de cancer du foie chez les personnes proches.

L’INRS a publié un dossier très intéressant en 2009 sur les Mycotoxines en milieu de travail
et donne page 9+ les concentrations dans différents environnements comme par les poussières d’arachides, (dé)-chargements de tourteaux, etc ..A court terme, les effets sur la santé ont pu être “banalisés :

Y-a-t-il dans les mémoires des habitants de Montoir-de-Bretagne et Trignac de tels symptômes ?

N’hésitez pas à partager tout élément  que vous auriez sur ces questions  .. 

Carte avec les sur-incidences de cancer du foie des communes de la CARENE :

A noter que le site de traitement de métaux DERICHEBOURG , ex GDE , comportait  un vieux  séchoir à céréales qui contenait jusqu’à peu des huiles de colza et soja !
qui ont pris feu en 11/2022. Il est étonnant que ce risque n’ait pas été détecté lors des inspections qui ont suivi l’énorme incendie de mai 2020.

 

en sus du Chrome VI, de l’Arsenic à Méan-Penhoët et à Montoir de Bretagne

Merci à Presse Océan , Première page et page 8

De l’arsenic dans des puits privés de Méan Penhoët
10 fois plus qu’autorisé dans l’eau potable… inutilisable
Quelle est l’étendue de cette pollution ? qui savait ?
Quelle origine ?
Peut-on dépolluer ?

 

et à Montoir de Bretagne ?

Dans deux puits, on trouve aussi de l’Arsenic, au delà du seuil de potabilité, mais aussi de l’Aluminium,  Manganèse, du Nickel et du Plomb !

 

MONTOIR-de-BRETAGNE – Non-respect de la réglementation détecté lors des inspections mais non sanctionné

Risques d’incendies non maitrisables dans des entrepôts de Montoir de Bretagne

La bonne nouvelle : plus de 50 inspections ont été réalisées en 2022, alors que les années précédentes, leur nombre tournait autour de la dizaine.

Les constats attristants d’une police à 2 vitesses ( particuliers versus entreprises !):

  • environ 80% des inspections ont constaté des non-respects de la réglementation
  • aucune sanction, aucun avertissement, aucune amende !

Exemple du jour : la SCI les Bruyères possédant des immenses entrepôts au 71 ave Henri Gautier à Montoir de Bretagne loués à des entreprises, généralement sous-traitant du secteur aéronautique, dont DAHER qui a récemment demandé l’autorisation REACH d’utiliser des produits contenant du Chrome VI cancérogène .

Une inspection a été faite le 3 avril 2023. Le rapport n’est pas encore publié à la date (10 mai) de publication de la mise en demeure. (Il l’a été le 11 mai, cf infra).

Un arrêté de Mise en Demeure en date du 4 mai vient d’être publié sur le site de la préfecture.

1er non-respect  : On y apprend que l’entrepôt de plus de 50000m2 contient plus de 500tonnes de matières combustibles, sans que l’enregistrement préalable afférent n’ait été fait !
Réglementation mise à jour suite à l’incendie de 2019 Lubrizol – Normandie Logistique de Rouen.

2eme non-respect  : On y apprend que le bâtiment n’est pas aux normes  requises / Incendie et ne peut probablement pas l’être aisément. 

Dans de telles circonstances, un particulier aurait a minima été amendé, fiché, .. !

l’Arrêté donne 9 mois à la société pour qu’elle “justifie que la quantité de matières combustibles est inférieure à 500 tonnes”
et , ce qui plus que curieux, n’impose rien  concernant le risque d’incendie  !!

Super cool !?

On peut noter que durant l’été 2022, le Sous-Préfet Suppléant avait eu une réaction rapide, efficace, à la hauteur des risques, dans une situation très similaire avec un arrêté le 11 août 2022 concernant la société WELD’X dans la zone de Brais, à une centaine de mètres d’EMMAUS. Elle n’avait que 23 jours pour sortir les produits dangereux de ses locaux  non protégés contre l’incendie  !

11 mai 2023 – publication du rapport d’inspection

Rapport d’inspection  du 3 avril 2023.

En deux phrases, les grandes sociétés locataires, se prétendant des champions de la logistique parfaite “juste à temps” , “digitalisée” , … ne sont clairement pas les championnes de l’application des règles administratives et de la sécurité incendie alors qu’il y a plus de 500 tonnes de produits combustibles.

En cas d’incendie, la population de la CARENE apprécierait peu les fumées toxiques !

Suite à LUBRIZOL, les entrepôts sont censés pouvoir communiquer immédiatement aux pompiers l’état des stocks .
Il est rappelé que les exploitants étaient prévenus de cette nécessité.
La formulation utilisée dans le rapport  “invités à pouvoir disposer”  apparait clairement comme un rappel à l’ordre. 

Concernant le moyens de lutte contre les incendies, le site semble faire confiance aux rares pluies bretonnes ! Merci à la DREAL de leur rappeler le minimum :

d’autant qu’il y a bien des produits dangereux – qui n’ont pas été cités dans le rapport d’inspection (pour des raisons commerciales peut-être comme le laisse penser le rapport) !!

A la lecture de ce rapport, on peut se demander pourquoi AIRBUS, qui est très probablement le client/donneur d’ordre des locataires de ces entrepôts,  laisse de telles pratiques perdurer mettant en danger la population en cas d’incendie !?

En cas d’accident, outre l’effet négatif sur son image qui en résulterait,
sa production serait perturbée par l’impact logistique mais aussi ses effectifs,
car lors d’un tel sinistre,   la zone de Montoir de Bretagne /TRIGNAC “Auchan” & Saint-Nazaire serait sous des effluves toxiques !!

cf la carte des émetteurs

IDEA La Barillais , Union INVIVO , Montoir-de-Bretagne

ça bouge dans les Silos de Montoir ?
ou ça régularise ?

IDEA La Barillais

Un arrêté préfectoral du 14 décembre 2022  2022 12 14 APC 426 IDEA Services Vrac céréales autorise IDEA  à faire du Silo à plat de céréales avec moult traitements associés :

Silos et installations de stockage, en vrac, de céréales, grains, produits alimentaires ou tout
produit organique dégageant des poussières inflammables, y compris les stockages sous
tente ou structure gonflable, à l’exception des installations relevant par ailleurs de la
rubrique 1532.

Broyage, concassage, criblage, déchiquetage, ensachage, pulvérisation, trituration,
granulation, nettoyage, tamisage, blutage, mélange, épluchage, décortication ou
séchage par contact direct avec les gaz de combustion des substances végétales et de
tous produits organiques naturels,

Installation de transit, regroupement, tri ou préparation en vue de réutilisation de déchets
non dangereux de papiers/cartons, plastiques, caoutchouc, textiles, bois à l’exclusion des
activités visées aux rubriques 2710, 2711 et  2719

Installation de traitement de déchets non dangereux, à l’exclusion des installations
visées aux rubriques 2515, 2711, 2713, 2714, 2716,2720,2760,2771,2780,2781,2782,2794,
2795 et 2971 .

Y a t il un lien avec l’arrêté récent qui annulait un permis de construire de SILOS DE L’ATLANTIQUE , société implantée Zone de Cadréan, fermée fin 2021,  ? .. on peut le penser.

Sont-ce ces céréales importées ? du soja ? du tournesol  ?      au profit de CARGILL ? 
…  
on ne sait pas, mais c’est probable

Y a t il des poussières inflammables  ..  OUI très probablement au vu de la classification

Est-il prévu de mesurer les émissions de poussières   canalisées   ?   RIEN de spécifié 
Est-il prévu un Plan de surveillance Environnementale

Au vu de l’arrêté actuel NON.

En parallèle, un arrêté UNION INVIVO

lui aussi pour des silos ..

2022-12-14 APC 441 UNION INVIVO silos phosphine
sans doute pour régulariser des choses suite à l’inspection récente du 19/10 inspection N2-2022-1103
qui confirmait la présence de 2 containers de 1000 l d’insecticide
et ne mentionnait pas de mesures de poussières canalisées ou environnementales mais ne semblait  pas avoir identifié beaucoup d’anomalies. A noter , point n°7, cependant l’absence de mesures de poussières canalisées qui auraient du être faites  en sus des mesures dans l’environnement proches qui ont été faites !

Côté produit dangereux , la PHOSPHINE est clairement utilisée , citée . 
Elle est H330 .. Mortel par inhalation.

On n’en parlait pas le rapport d’inspection .. ni dans le tableau BURGEAP du COS de juillet 2022

L’Anses impose des consignes lors de l’utilisation de produits à base de Phosphine, notamment un périmètre de sécurité, des mesures et une concentration limite à proximité

 

La question Mystère est donc ..  POURQUOI cet arrêté !!
est-ce à cause de la Phosphine ?  autre chose ?

A creuser

 

Chrome Hexavalent dans la CARENE

INERIS a publié début 2020 une très intéressante étude de 80 pages

EXPOSITIONS AU CHROME HEXAVALENT
Synthèse des données disponibles :
sources, émissions, exposition et toxicité pour l’homme.

Document stabiloté par mes soins associé à un doc sur les Valeurs Toxicologiques de Référence (VTR)

La page 43 , sur base des quelques études et mesures disponibles,  conclut clairement à la possibilité de niveau de risques préoccupants: Sur la base des déclarations que doivent faire les industriels au regard de la réglementation européenne REACH ( cf article), une première carte des émetteurs dans la CARENE et alentours a pu être dressée.

Au regard des vents dominants, on peut constater que les communes de Trignac et Montoir-de-Bretagne sont très concernées ainsi qu’une grande partie de Saint-Nazaire.

Par vents de Nord-Est (30%), il n’est pas exclus que Pornichet et La Baule soient impactées par les sites implantés dans la zone de Brais-Pebras.
Par vents de Sud-Est, moins fréquents (6%), Saint-André des Eaux également.

A noter aussi que la commune voisine de Malville est très concernée par deux entreprises sous-traitantes d’Airbus.

Point pas très rassurant : il semblerait que deux sous-traitants d’AIRBUS n’ont pas déposé de dossier auprès de la DREAL au titre des ICPE !

A noter, d’autres entreprises n’utilisant pas des peintures chromatées soumises à la réglementation européenne émettent des particules de Chrome VI.

  • La raffinerie TOTAL en émet chaque année une vingtaine de Kg, soit en moyenne 2.4 g/h n ce qui est supérieure au flux des émissions connues d’AIRBUS
  • Les travaux sur les métaux des Chantiers sont également émetteurs en grande quantité, mais les mesures manquent.
  • L’entreprise de Ciments EQIOM, serait très fortement émettrice. Des mesures dans ses rejets ont détecté des flux de 2g/h ! Il serait intéressant de regarder aussi les émissions de LAFARGE à Trignac et de toutes les centrales à béton du bassin nazairien.
  • L’entreprise GDE, broyeuse de métaux est émettrice de Chrome Total avec par exemple un flux de 0,93g/h en 07/2019 dont on pourrait considérer qu’un pourcentage ( 10% à 30%) serait du Cr(vi)

Au vu de ces chiffres, il devient important (et urgent) de mesurer très régulièrement et en plusieurs points de la CARENE, les concentrations dans l’air que nous respirons de ce très dangereux chrome VI.
Les particules fines et ultrafines doivent l’être aussi et doivent être analysées pour connaître les concentrations en métaux lourds ( Arsenic, Cadmium, Nickel, ..) qui sont émis en grande quantité par nos industries ( navale, aéronautique, éolien ..) en particulier lors des travaux de traitement de surface et de soudure.

HYMOOV – pyrogazéification de déchets de bois

IREMIA

le Business des “énergies renouvelables” et des déchets poursuit sa route et veut s’installer à Montoir de Bretagne en se parant de la couleur verte.
On aimerait bien qu’il soit soucieux de la santé environnementale, des risques industriels et de la qualité de l’air.

Quand on lit le document de l’ADEME sur la pyrogazéification de déchets hétérogènes..
dans l’attente de clarification de HYMOOV, il y a de quoi s’inquiéter.

Certes l’entreprise cible le bois de classe B qui pose quand même des problèmes  ..

source une thèse très intéressante : https://hal.univ-lorraine.fr/tel-01748532/document

L’ADEME dispose de plusieurs pages https://www.ademe.fr/expertises/dechets/passer-a-laction/valorisation-energetique/dossier/pyrolyse-gazeification/principes-pyrolyse-gazeification

et alerte sur l’absence de transposition d’une directive européenne

A noter la formulation “si les gaz issus de ce traitement thermique des déchets sont purifiés au point de n’être plus des déchets” 

L’industriel apportera-t-il bien la preuve qu’il y a purification ? 
Le préfet accordera-t-il des dérogations ?