Étiquette : saint-nazaire

Le benzène dans les écoles de la région

Pour alimenter l’étude de zone en données “terrain”, nous avons entrepris de rassembler les résultats des mesures faites par les communes dans leurs écoles et de les “poser” sur des cartes avec les roses des vents correspondantes.

Un document reprenant ces données sera partagé avec tous les membres du Comité Stratégique de l’étude de zone, avant la prochaine réunion du 7 juillet.

Plus d’un mois après nos premières requêtes voici les résultats :

Saint-Nazaire : après trois courriels et 2 appels téléphoniques une  réponse volumineuse !

  • Mise à jour 1/7/2021 : Benzène écoles Saint-Nazaire v5.6
  • Confirmation d’un niveau moyen élevé, supérieur à Nantes
  • une influence de la zone “chantiers” très forte sur les écoles Rousseau, Lamartine, Bert, Renan , .. proches ( parfois supérieur à 2,5 µg/m3)
  • Une ou plusieurs sources à l’Ouest à identifier, en sus du trafic routier,  parmi 
    • Zone de Brais,
    • Zone “Leclerc”, véhicules militaires ARQUUS
    • Chaufferie et/ou Blanchisserie de l’hôpital,
    • Crématorium, Station d’épuration,
    • … ?

DongesMalgré trois courriels  aucune réponse !

  • Que doit-on comprendre ? que les mesures n’ont pas été faites ou qu’elles ne sont pas bonnes ?

Trignac : Une réponse rapidement, mais malheureusement le prestataire a mal conseillé les services techniques et les écoles les plus proches de la zone industrielle n’ont pas eu droit à des analyses de Benzène parce ce qu’elles “ne sont pas près de la route à 4 voies” .
Il faut rattraper cette triste erreur !
 


Montoir de Bretagne : trois écoles en 2017-2018, environ 0,9µg/m3 en extérieur
il serait judicieux de relancer des mesures à Albert Vinçon qui a eu jusqu’à 1,2 µg/m3 en intérieur et au centre Multi-accueil qui a eu jusqu’à 1,9 µg/m3 en intérieur en septembre 2017 et ne comportait pas de mesure en extérieur

 


Pornichet  : 2 écoles à Pornichet en 2014. 3 fois plus de Benzène
quand les vents viennent de l’Est. entre 0,4 et 1,3 µg/m3 .
Les mesures 2021 sont attendues impatiemment (tous les 7 ans).

La Baule  : 4 écoles en 2018. de fortes disparités entre 0,4 et 1,4 µg/m3


BATZ-sur-Mer : deux écoles en 2018-2019, entre 0 et 1,07 µg/m3
Un remarquable “zéro” en extérieur en novembre 2018  par vents de Sud-Ouest

 


En attente : Saint-Brévin qui a accusé réception de la demande
et  j’espère Le Pouliguen et le Croisic.

Rappel : la moyenne annuelle du point de mesure en continu de Benzène sur un site orienté “trafic”  à Nantes est de 0,6 µg/m3

Etude de Zone .. Première copie à revoir

Cinq mois après l’annonce de la décision le 9 octobre, Monsieur le Sous-Préfet et la DREAL ont lancé l’étude de zone.

Cinq mois sans concertation et donc une première copie qui doit être retravaillée !
Les mauvaises langues disent qu’elle a été faite par des Parisiens/ Nantais qui ne ne connaissent pas la CARENE   ou que certains maires pourraient être intervenus. Aucune confirmation.

Pornichet malgré sa surmortalité pour les cancers féminins est ignorée, alors que les polluants industriels émis par la Zone de BRAIS et la station d’épuration de la CARENE émettent des composés organiques volatils cancérigènes qui sont portés par les vents de Nord Est vers Pornichet et la Baule.

La proposition actuelle n’a pas intégré la mesure de ces polluants à Pornichet !

Voir l’analyse détaillée et la contre-proposition sur la page  étude de zone V2

 

 

Le secret de l’Arsenic, du Cadmium et du Nickel à Saint-Nazaire

Qui émet de l’Arsenic, du Cadmium et du Nickel  dans l’air de la CARENE ?
et surtout combien ?

C’est un secret bien gardé.

Les émissions d’Arsenic, poison bien connu, sont stables dans la région des Pays de la Loire depuis 2011 à environ 230Kg par an selon le dernier rapport annuel de Air PdL

Ce document indique que ce sont les fonderies, les plaquettes de frein et la combustion dans le résidentiel.

Quand on cherche à savoir la part de la CARENE dans les 235kg de la région en consultant les données BASEMIS  de 2016, on trouve  ICS  Information Commercialement Sensible.

AirP Pdl utiliserait cette mention lorsqu’il n’y a que quelques émetteurs et donc que l’on pourrait affecter la quantité .  En clair on préfère protéger le pollueur plutôt qu’informer la  population polluée.

En 2015, la DREAL a publié un rapport sur les émissions de polluants dans l’air des ICPE

Concernant l’Arsenic, page 44

Curieusement,  on y trouve TOTAL mais mais pas de fonderies .. peut-être que ces dernières ne sont pas des ICPE ?

Quand on se replonge dans les chiffres de BASEMIS -par agglo EPCI- ,  on trouve 4 agglomérations dont les émissions sont secrètes . Ensemble, elles représentent   24kg d’Arsenic , l’équivalent de Nantes Métropole :
CA de la Région Nazairienne et de l’Estuaire (Carene)
CC du Pays de Loiron
CC Estuaire et Sillon
CC Mayenne Communauté

L’examen au niveau départemental conduit à trouver
que CARENE +  Estuaire et Sillon émettent ensemble 16 kg  d’arsenic par an 
ce qui représente 7% des émissions régionales.
Si on regarde la superficie, ensemble ces 2 agglos ne représente que 2% de la surface de la région.

Les habitants de Méan Penhoët pourront se rappeler de la présence de dépassement des valeurs réglementaires de l’Arsenic dans les eaux souterraines autour de RABAS-PROTEC

cf page 14 de  Prélèvements, mesures, observations et analyses sur les eaux souterraines   2018

 

_________________________________________________________________________________

Et pour le CADMIUM , cancérogène notoire

Là encore les émissions des industries de la CARENE  sont également classifiés  ICS !!!

La même approche permet de trouver qu’ensemble :

les 3 agglos CARENE, Estuaire et Sillon et Sèvre-Loire émettent
4,3kg de cadmium , représentant 12% des émissions de la région
alors qu’en superficie, elles ne représentent que 2,8% dudit territoire

_________________________________________________________________________________

Et pour le Nickel,

Selon Cancer-Environnement, en 1990, le CIRC a classé les composés du nickel dans le groupe 1 (cancérogène pour l’Homme) et le nickel métallique dans le groupe 2B des agents possiblement cancérigènes pour l’homme. Ces agents provoquent des cancers du poumon, de la cavité nasale et des sinus.

Les quatre agglomérations dont les données sont “protégées”
représentent 78% des émissions du département 
et 50% des émissions de Nickel de toute la région.

Nota: l’agglo de REDON est à cheval sur 2 régions

Les données sont accessibles chiffres à la page https://data.airpl.org/dataset/inventaires/epci/2016

N’hésitez pas à refaire la démarche d’identification des EPCI du 44  et du calcul des “données secrètes”.

Il convient de lever le secret “commercial”   non pas tant pour  connaître qui émet ces métaux dans l’air de la CARENE, mais surtout pour connaître les quantités qui sortent dans l’atmosphère de la CARENE et qui influencent certainement la santé de la population.

D’ailleurs, au regard de la législation récemment rappelée https://www.legifrance.gouv.fr/download/pdf/circ?id=44969  organise l’accès aux informations relatives à l’environnement.

La circulaire BORNE du 11 mai 2020 indique que les émissions sont des “informations relatives à l’environnement”  et les ASQAA sont concernées :

Enfin il conviendra sans doute de lancer au plus tôt  des campagnes de mesures de concentrations dans l’air et les sols de ces produits dangereux.

 

Selon Air Pays de la Loire , la prochaine version de BASEMIS devrait être accessible début avril 2021 avec les chiffes des émissions 2018.

A suivre.